Enjeux du logement social pour demain

Les organismes Hlm ont toujours eu pour mission de loger dans les meilleures conditions tous ceux qui ont des difficultés à se loger dans les conditions du marché. Tout en restant fidèles à leur mission originelle, ils s’adaptent aux nouveaux besoins. Ces besoins se traduisent dans les politiques nationales. Mais, de plus en plus, la décentralisation amène les collectivités territoriales à jouer un rôle accru en matière d’habitat ce qui permet d’identifier de plus en plus finement les besoins des habitants au niveau local.

Produire de plus en plus de logements sociaux
Les évolutions économiques, sociales et la hausse des prix du logement entraînent une demande croissante de logements sociaux. Afin d’y répondre, l’Union sociale pour l’habitat a signé avec l’Etat le 21 décembre 2004 une convention pour la mise en œuvre du volet logement du plan de Cohésion sociale. Cet accord historique prévoit la construction de 500 000 logements sociaux sur cinq ans.

Accueillir des ménages de plus en plus modestes dans la mixité
Le logement social accueille un nombre croissant de ménages disposant de ressources modestes ou faibles. Aujourd’hui, 66% des ménages logés ont des revenus inférieurs à 60% des plafonds de ressources. L’enjeu pour les organismes est de répondre à ces besoins sociaux dans le respect de la mixité sociale, de faciliter les parcours résidentiels et de répondre aux souhaits de mobilité.

Adapter les logements aux besoins
Les organismes Hlm ont à relever le défi démographique qui concerne toute la société. Le parc social est touché par le vieillissement des locataires et les organismes adaptent leur offre à cette évolution : adaptation du logement pour le maintien à domicile, maisons médicalisées, proximité des logements avec la ville… Par ailleurs, ils répondent également à des besoins spécifiques : insertion des jeunes, logements des personnes démunies, des personnes handicapées, des étudiants.

Assurer la meilleure qualité de service rendu aux locataires
L’exigence de qualité du service rendu aux locataires s’est amplifiée ces dernières années. Face aux problèmes économiques et sociaux des familles logées, les organismes Hlm ont été amenés à renforcer les effectifs des personnels de proximité, qu’il s’agisse des gardiens, des médiateurs, des agents d’accueil ou encore des conseillères sociales.

Rénover et restructurer le patrimoine
Les organismes Hlm sont depuis de nombreuses années engagés dans la rénovation urbaine qui conjugue construction, démolition, poursuite de l’amélioration du parc. Au-delà des interventions sur les immeubles, elle intègre la redéfinition des espaces, des voiries, des transports, des équipements ainsi que l’implantation ou le développement d’activités économiques ou culturelles. Menés en concertation avec les collectivités territoriales, les habitants et l’ensemble des acteurs concernés, ces projets s’accompagnent d’une gestion urbaine de proximité. La rénovation urbaine a pris une ampleur nouvelle depuis la création de l’Agence nationale pour la rénovation urbaine en 2004 qui rassemblent des moyens renforcés pour la rénovation de quartiers d’habitat social prioritaires.

Défendre le développement durable
L’habitat social est au cœur des problématiques de développement durable car il est à la croisée de l’équité sociale, de la préservation de l’environnement et de l’efficacité économique dans un souci de concertation avec les locataires.

Au-delà de sa contribution à l’effort de solidarité, le secteur a mis en place une politique de maîtrise des charges pour ses locataires. Cette politique permet aux logements sociaux d’avoir une performance énergétique meilleure que dans les autres secteurs résidentiels : la consommation annuelle moyenne d’un logement social est de 160 kW/m²/an alors que la moyenne, tous secteurs confondus, est aujourd’hui de 250 kW/m²/an. Les rejets de CO2 de ce même logement sont également beaucoup plus faibles que la moyenne des logements. Cette politique, bénéfique pour l’environnement, a été menée dans de nombreux domaines : mise en place de la collecte sélective, équipements économes en eau…

Aujourd’hui, 40% des logements Hlm construits ont le label Haute qualité environnementale.

Après avoir réalisé de nombreuses opérations de qualité environnementale, les organismes de logement social structurent leur démarche par rapport à l’environnement en intégrant le développement durable au cœur de leur stratégie d’entreprise : « agenda 21 », charte de qualité environnementale, charte du développement durable…